Les actualités ci-dessous sont classées par ordre antichronologique

Année 2020 :

Guide pour les villes respectueuses des pollinisateurs

Publié en janvier 2020, ce guide présente un ensemble de recommandations avancée par l’ICLEI Europe. Elles viennent soutenir l’Initiative européenne sur les pollinisateurs en définissant objectifs stratégiques et actions que l’Union européenne et ses États membres doivent entreprendre pour faire face au déclin des pollinisateurs au sein de l’Union. Elles visent à « améliorer les habitats de pollinisateurs dans les zones urbaines et le paysage global ».

Pour prendre connaissance du document, cliquer ici.

MOOC Abeilles et environnement

Une nouvelle session du MOOC « Abeilles et environnement » sera disponible en ligne à partir du 16 novembre. Elle s’adresse à un large public (étudiant, apiculteur amateur ou professionnel, agriculteur, citoyen, etc.), avec pour seul prérequis la curiosité pour les enjeux environnementaux et sociétaux associés aux abeilles. Réparti sur cinq semaines, le cours est divisé en cinq thématiques (biologie des abeilles, interdépendances des acteurs d’un territoire, apicultures, menaces sur les abeilles, filière apicole française).

Les inscriptions restent ouvertes jusqu’au 18 décembre, sur la plateforme FUN MOOC.

Cycle de séminaires techniques Réserves Naturelles de France

Cycle de séminaires « Les pollinisateurs, de la connaissance à la gestion »
La Commission patrimoine biologique de RNF propose un cycle de séminaires dédiés aux pollinisateurs. En novembre 2020, c’est le moment de faire connaissance avec les pollinisateurs. En janvier 2021, le moment est venu de mieux savoir comment les prendre en compte dans les travaux. Enfin, au printemps 2021, deux journées de terrain sont ouvertes pour une mise en pratique et des échanges.

Événement gratuit et ouvert à toutes et tous, c’est une l’occasion de consolider et élargir la dynamique pour la protection des pollinisateurs en France et dans les réseaux d’espaces naturels protégés.
Retrouvez le programme complet et le bulletin d’inscription.

Retour des néonicotinoïdes dans les champs de betteraves sucrières

Mardi 6 octobre 2020, l’Assemblée nationale a approuvé un projet de loi autorisant l’utilisation des néonicotinoïdes dans les champs de betteraves sucrières d’une catégorie d’insecticides. Sans revenir sur l’interdiction en vigueur depuis 2018, le texte soumis au vote « exploite la possibilité laissée par la réglementation européenne de continuer, sous conditions, d’utiliser un produit dépourvu d’autorisation de mise sur le marché ».

Pour prendre connaissance de l’intégralité du texte de loi, cliquer ici.
Pour avoir plus de détails sur les étapes de vote, cliquer ici.

Le mutualisme : quand la nature est à l’œuvre

Interaction mutuellement bénéfique entre deux individus issus de la même espèce ou d’espèces différentes, le mutualisme constitue l’un des socles de la pollinisation. Tout en s’alimentant, les pollinisateurs (abeilles, papillons, oiseaux, etc.) vont emporter du pollen et ainsi permettre à la plante visitée de se reproduire.
Certaines espèces de plantes et de pollinisateurs se sont même co-adaptées à leurs besoins mutuels (taille/forme du bec, longueur du tube, forme du réceptacle floral, etc.).

Cette stratégie concerne 35% de la production des cultures alimentaires mondiales, et différents types de mutualismes sont apparus au cours de l’évolution.

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquer ici.

Le rôle oublié des pollinisateurs

Une équipe du Centre d’études biologiques de Chizé s’intéresse tout particulièrement aux insectes pollinisateurs et à leurs effets sur nos cultures. Les scientifiques ont alors posé des micros dans des champs de tournesol pour compter les abeilles et autres pollinisateurs.
Découvrez, dans ce reportage diffusé en partenariat avec LeMonde.fr, les expériences qu’ils ont menées pour réaliser ces suivis en plein champ.

La vidéo est disponible en cliquant ici.

Participez à la mission messicoles-pollinisateurs 2020 !

Le partenariat entre l’OPIE et Tela Botanica vous proposent une seconde édition de leur mission sur les pollinisateurs des plantes liées aux moissons, les messicoles, dans le cadre du Plan National d’Action « France, Terre de pollinisateurs ».

Les messicoles sont des plantes qui vivent au même rythme que les céréales qu’elles accompagnent depuis des centaines voire des milliers d’années ! Aujourd’hui, ces plantes sont menacées ainsi que le cortège de pollinisateurs qui les accompagne et sont mal connus.

Pour plus d’informations sur cette mission, visiter le site de Tela Botanica en cliquant ici !

 

Protection des pollinisateurs sauvages dans l’Union européenne : les initiatives de la Commission n’ont pas porté leurs fruits

En 2018, la Commission européenne a engagé une coordination de son approche visant à enrayer le déclin des pollinisateurs observé depuis plusieurs années. Le rapport spécial de la Cour des comptes européenne souligne le fait que cette démarche n’a pas produit les effets escomptés et qu’il était nécessaire de renforcer cette démarche afin d’atteindre les objectifs fixés. Le rapport mentionne également que ni les politiques relatives à la biodiversité et à l’agriculture, ni la législation sur les pesticides ne comportaient de mesures appropriées à la protection des pollinisateurs sauvages.

Pour plus d’informations et pour consulter le rapport produit, cliquez ici.

Promouvoir la pollinisation entomophile : une vision à large échelle

Mickaël Henry, chercheur à l’INRA dans l’unité Abeille et Environnement d’Avignon, nous livre une analyse détaillé des relations existantes entre le monde agricole et le service écosystémique de pollinisation.

Vous pouvez découvrir cet article en cliquant ici.

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non,
émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

Ce que la Nouvelle-Aquitaine peut gagner à sauver sa biodiversité (et ses pollinisateurs)

La région Nouvelle-Aquitaine n’est pas épargnée par l’extinction massive de ses espèces animales et végétales, pointent les premiers travaux d’Ecobiose, GIEC régional de la biodiversité. Celui-ci met en avant les intérêts  à miser sur le vivant pour changer notre modèle actuel, très prédateur.

Une partie de l’article traite de la conservation des pollinisateurs et des bénéfices d’une telle conservation.

Pour retrouver cet article de Rue89Bordeaux, cliquez ici.